68


| | |

 

1968 fut l’année la plus agitée, la plus riche en évènements depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Des soulèvements de la jeunesse touchèrent l’Europe Occidentale  et l’Amérique du Nord,  culminèrent au mois de mai  en France. La révolte toucha également le bloc communiste en Pologne et en Tchécoslovaquie avec le printemps de Prague. Des rebellions armées et des guérillas sous la houlette de Cuba hérissèrent l’Amérique Latine. Enfin et surtout, la guerre du Vietnam attisa la tension Est-Ouest, montra la déchirure Nord sud et alimenta la fièvre tiers-mondiste dans la jeunesse  des pays développés.

Partout, en cette année 68, la contestation de l’ordre mondial, des pouvoirs en place, atteignit des sommets.

-68 veut faire le récit de cette année charnière, année de rupture entre deux époques, deux mondes.

-68 veut montrer au-delà des différences évidentes, la cohérence et le sens de cette révolte planétaire, subtil mélange entre l’adieu à la mythologie révolutionnaire et l’avènement de la modernité, entre  le vertige messianique et l’aspiration à la démocratie.

02-USA au Vietnam

 

 / presse

:: A partir d’archives rares, Patrick Rotman ravive et élargit le regard sur l’année mythique.
Dans 68, la séquence, accompagnée par le chant de Bob Dylan, est d’un lyrisme poignant. ( …)
Le grand intérêt de 68 provient des images, pour la plupart en couleurs et issues des fonds américains. Montées dans la pulsation du rock, elles prennent souvent la force de documents inédits. Télérama

:: Un récit vraiment passionnant et richement illustré. Télé 2 semaine 

:: Illustrée d’archives en couleurs exceptionnelles, cette évocation haletante et prenante replace l’année 1968 dans un contexte plus large et laisse un goût de cendre. A ne pas manquer ! Télé poche

:: Rotman élargit ici le regard, en l’internationalisant, en le prolongeant au-delà de mai, en prenant la mesure des ruptures de tous les côtés de la société et du monde, en saisissant aussi la part de gravité qui plomba une année électrique.
Rotman dresse ici la chronique précise des semaines de mai en les intégrant dans un récit mondialisé et synthétique, nourri partout des mêmes désillusions. Les Inrockuptibles

:: Le film, très beau, déroule l’album-souvenirs de ces événements marquants et pousse parfois  l’esthétisme à l’extrême. Vsd 

:: D’étonnantes images d’archives mises en perspective. À ne pas manquer !
(…)
Pour remettre tous ces événements en perspective, le réalisateur a sélectionné d’étonnantes archives, souvent inédites, soutenues par un rigoureux montage chronologique.
Ce documentaire est un stimulant rappel à la réalité.  La Vie

:: Son film est remarquable. Avec de belles archives et une bande-son exceptionnelle, il donne un coup de fouet à cet anniversaire, souvent lancinant. Marianne

:: Patrick Rotman réussit l’exploit de nous émouvoir et de nous surprendre avec des événements dont on croit tout savoir… France Soir 

:: Le réalisateur Patrick Rotman s’est penché sur la dimension internationale de l’année 1968, livrant un brillant documentaire riche en images d’archives.
Un documentaire réussi, qui transporte le téléspectateur au cœur d’une époque où l’on croyait que tout était possible. Direct Matin 

 

/ générique 

Un film écrit et réalisé par Patrick Rotman

Produit par Michel Rotman

Avec la voix de Vincent Lindon

Montage David Korn-Brzoza

Documentation Marie-Hélène Barberis

Avec la participation de Histoire / TV5 Monde / YLE / La Télévision Suisse Romande(TSR) / RTBF – Télévision Belge

© Kuiv Productions 2008