ARLETTE & ALAIN, TROTSKYSTES A SUCCÈS


| |

1974 : la France élit son Président de la République.
Lui, c’est Alain Krivine, candidat de la Ligue communiste révolutionnaire, une petite organisation trotskyste. L’ancien leader du mouvement de Mai 68, avec Daniel Cohn-Bendit, obtient alors un score symbolique : 0,36 % des voix.

Elle, c’est Arlette Laguiller, candidate de Lutte ouvrière, une autre organisation trotskyste. Employée et syndicaliste dans une grande banque, elle est la première femme à se présenter à une élection présidentielle en France et rassemble 2 % des suffrages.

En 1974, l’extrême-gauche reste marginale sur le plan électoral. 25 ans après, Arlette Laguillerest toujours là, et le facteur Olivier Besancenot a remplacé Alain Krivine. Leur liste commune en vue des régionales de 2004 fait plus que jamais peur à la gauche gouvernante et a bien failli créer la surprise…

- Comment expliquer cette progression électorale inattendue?

- Qui sont les électeurs de l’extrême-gauche ?

- Pourquoi, aujourd’hui en France, vote-t-on Arlette et Alain ?

/ générique

Un reportage de Denis Pingaud

Produit par Michel Rotman et Marie Hélène Ranc

Montage David Korn-Brzoza

Images Jacques Jeangérard

Son Pierre Cordelier


Avec la participation de Arte France

© Kuiv Productions 1999