JAPON: LES ANNÉES ROUGES


| |

Le 18 mars 2000, quatre membres de l’organisation terroriste NIHON SEKI GUN (l’Armée Rouge Japonaise) étaient rapatriés depuis le Liban pour être jugés au Japon, après 28 ans de clandestinité.

Chacun d’entre eux, à des degrés divers, a participé ou collaboré à des attentats en Israël, en Europe ou en Asie.

Quelques mois plus tard, Fusako Shigenobu, surnomée la reine rouge dans les camps palestiniens de la vallée de la Békaa libanaise était à son tour arrêtée, après avoir dirigé l’organisation terroriste japonaise pendant 30 ans.

- Qui sont-ils ?

- Qu’est-ce que le SEKI GUN, la plus mystérieuse    organisation terroriste d’extrême gauche des années 70-80 ?

Pour le comprendre, il faut retourner plus de trente ans en arrière, reprendre l’écheveau d’une épopée complexe et sanglante, qui débuta par le GAKUSEI UNDO (le mouvement étudiant) de la fin des années 60.

Fusako Shigenobu a été condamnée en septembre 2005 à la prison à perpétuité après un procès qui aura duré prés de 4 ans.

Du même réalisateur :
Qui a tué Pierre Goldman? ]
S.K. - Serial Killer ]

 

 

/ presse

:: Rendant parfaitement compte de l’illusion lyrique    propre à cette époque grâce aux archives visuelles et sonores, exploitant à merveille certains témoins,    soulevant des lièvres pittoresques, Michaël Prazan ouvre des abîmes sous nos rétines. Télérama

:: Ce document exceptionnel de Michaël Prazan sur un moment d’histoire refoulé du Japon renvoie une image très forte et symbolique du mouvement contestataire dans le siècle, ses élans, sesdéchéances.
Famille Chrétienne 

:: Un document passionnant sur une période méconnue de l’histoire nippone. Malgré la complexité des faits, il est d’une grande clarté. Téléloisirs

/ générique

Un film écrit et réalisé par Michaël Prazan

Produit par Michel Rotman et Marie Hélène Ranc

Montage Véronique Lagoarde-Segot


Avec la participation de Arte France

© Kuiv Productions 2002