L’ENNEMI INTIME


| |

Il faut plonger dans la réalité affreuse d’une sale guerre pour comprendre comment un jeune engagé de dix-neuf ans peut écraser la tête d’un arabe à coups de pierre, comment un gamin de vingt ans arrive à tourner la magnéto, abattre à bout portant un blessé, violer une jeune fille.

Comprendre pourquoi les autres, complices dans le silence, s’accoutument. Comprendre encore comment un ancien maquisard, résistant dès son plus jeune âge peut quinze ans plus tard, devenu officier, désigner des otages en vue de leur exécution. Comprendre enfin pourquoi tant d’anciens de la France libre, militaires en Algérie ont accepté des méthodes qu’ils avaient combattues, les armes à la main.

Loin des théories générales, des analyses globales, c’est en explorant les itinéraires individuels quePatrick Rotman tente de trouver une réponse. Pendant des mois, il a recueilli des témoignages d’hommes qui avaient été confrontés à la violence extrême (torture, exécutions, mutilations par le FLN, viols, bombardements..)

Ces témoignages, concrets, brutaux, parfois insupportables, tissent la face sombre d’une guerre affreuse. Ils forment un récit où une trentaine de destins s’entremêlent avec l’histoire de la guerre d’Algérie.

Des débuts en 1954 aux derniers brasiers de 1962, les grandes étapes sont racontées par des acteurs directs dans un va et vient permanent entre les situations personnelles et les évènements : la pacification, les sévices du FLN, les émeutes du Constantinois en 1955, les embuscades, les représailles, la bataille d’Alger, les DOP, les commandos de chasse, la liquidation des harkis…

Le fil conducteur qui court tout au long est la description de la spirale de la violence, le mécanisme de l’engrenage qui conduit au basculement des individus.

L’ennemi intime est un film sur le passage à l’acte. Dans quelle situation extrême, l’homme devient un animal, libère des instincts primitifs ? La description du contexte précis de la guerre d’Algérie (isolement, peur, mise en conditions, exactions du FLN) est évidemment primordiale pour comprendre comment un français ordinaire devient un bourreau banal.

L’ennemi intime est un film sur la part d’ombre qui est en chacun de nous. Les témoignages mettent en évidence la banalité du mal que l’on retrouve hélas dans toutes les guerres de ce type. Ce sont des hommes ordinaires qui ont tué, pillé, torturé. Ils n’étaient pas nés bourreaux. Aujourd’hui encore, ils s’étonnent de cette bête qui gît en eux.

L’ennemi intime, c’est celui qui est en nous.

 / presse

:: Des mots sur l’indicible. Poignant. Le Monde

:: Une confession collective qui fouille au plus profond
des entrailles humaines. Et l’on a soudain le sentiment
de tout découvrir, bouleversé. Télé Obs Cinéma 

:: Guerre d’Algérie, une terrible leçon d’histoire.
Un documentaire exceptionnel. Journal du Dimanche

:: L’ennemi intime, risque de laisser une forte empreinte
à la fois dans l’histoire du documentaire historique et
dans celle du débat sur la guerre d’Algérie. La force
stupéfiante de ses témoignages, la qualité, la rareté
des images proposées et le soin apporté à sa
construction, en fait un évènement. Pélerin Magazine

:: Patrick Rotman signe là un film indispensable, dont
les images abrasives devraient longtemps nous hanter.
Télé 7 Jours 

:: Cette série documentaire est aussi troublante et
insoutenable que nécessaire. La Croix 

   / générique

Un film écrit et réalisé par Patrick Rotman

Une production Michel Rotman

Montage et musique Richard Bois

Documentation Marie Hélène Barbéris

© Kuiv Productions - France 3 - 2002

 épisode 1 : Pacification

 épisode 2 : Engrenages

 épisode 3 : Etats d’armes