FRANCE ALLEMAGNE, UNE HISTOIRE PRESQUE COMMUNE

L’Europe ne parvient pas à gérer la crise. Elle semble prisonnière d’un couple franco-allemand qui n’est plus aussi soudé qu’il ne l’était auparavant. En 2013, nous fêterons les 50 ans du traité de l’Elysée, traité qui a réconcilié la France et l’Allemagne et a fait de ces deux pays la colonne vertébrale de l’Europe. C’était avant la réunification de l’Allemagne, c’était avant la crise. Mais aujourd’hui,  la question qui se pose est d’ores et déjà est de savoir comment s’articulera le nouveau couple franco-allemand entre Angela Merkel et François Hollande.

 

A partir d’archives et de témoignages d’acteurs de cette histoire (Valery Giscard d’Estaing, Helmut Schmidt, Hubert Védrine, Joshka Fischer, Laurent Fabius….) , ce film revient sur 50ans d’histoire entre la France et l’Allemagne. On pénètre ainsi dans les coulisses de l’euro, des rapports entre François Mitterrand et Helmut Kohl ou entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel.

 

 

 

 

 

/ générique

Réalisé par Bertrand Delais

Ecrit par Bertrand Delais

Avec la participation de France Télévisions et de Public Sénat

Produit par Samantha Campredon et Marie-Hélène Ranc

 

/ presse

-Article dans France 5 Le MAG

http://www.france5.fr/et-vous/France-5-et-vous/Les-programmes/LE-MAG-N-4-2012/articles/p-17460-France-Allemagne-une-histoire-presque-commune.htm

-Article dans France tv éducation

http://education.francetv.fr/article/france-allemagne-une-histoire-presque-commune-o29837

-Article dans TéléObs

http://teleobs.nouvelobs.com/la-selection-teleobs/20130327.OBS4838/france-allemagne-une-histoire-presque-commune.html

OPERATION SERVAL, QUAND L’ARMEE FILME LA GUERRE.

On a dit de l’opération Serval au Mali qu’il s’agissait d’une guerre sans images. Pourtant dès le premier jour de l’intervention, le 11 janvier 2013, l’armée française a tout filmé ou presque. Ces images jusqu’à présent inédites, tournées par des cameramen militaires, lèvent le voile sur une opération éclair. Une guerre à huis clos, menée d’abord par l’aviation et les très discrètes Forces Spéciales. Ce reportage les montre en action, et ce dès les premières heures du conflit. Après la reconquête des villes, les Français et leurs alliés ont dû aller débusquer des djihadistes très déterminés, sur leur terrain. Là encore, les caméras de l’armée étaient là, filmant les accrochages violents avec un ennemi embusqué et découvrant avec les soldats l’invraisemblable amoncellement de matériel militaire que les djihadistes avaient dissimulé dans le désert malien. Une plongée exceptionnelle au cœur d’une opération militaire hors norme.

Operation SERVAL au Mali

© ECPAD – Adjudant Arnaud

/ Générique

Écrit par Martin Blanchard et Jean-Christophe Notin

Réalisé par Martin Blanchard

Produit par Michel Rotman et Marie-Hélène Ranc

Co-produit avec l’ECPAD

Avec la participation de France 2

©kuiv production 2013 – ECPAD 2013

 

 

LA CONFRERIE, ENQUETE SUR LES FRERES MUSULMANS



Née en 1928 dans le contexte d’un retour au fondamentalisme religieux et du combat armé contre l’occupation occidentale, en particulier britannique, sur la péninsule arabique, la Confrérie a développé une idéologie que d’aucuns pourraient qualifier d’obscurantiste.

 

Pourtant ancrée dans la modernité, l’histoire et le développement de la Confrérie, dont les idées se répandent tout au long du XXe siècle en réaction aux valeurs de l’Occident, perçues comme une tentative de déstabilisation et de domination du monde musulman, sont aujourd’hui portées au pouvoir. En Égypte où les Frères musulmans ont vu le jour, mais également dans la plupart des pays du « printemps arabe » qui, par la volonté populaire, ont mis à bas les vieilles dictatures nationalistes. Dans un premier temps demeurés en retrait des révoltes qui réclamaient l’instauration de la démocratie, les Frères musulmans qui en récoltent aujourd’hui les fruits, en seront-ils les fossoyeurs ?

 

laconfrerie2

 

 

 

/ générique

Réalisé et écrit par Michaël Prazan

Documentalistes Karim Kamrani et Kristine Sniedze

Avec la participation de France 3

 

/ presse

-article dans Telerama

“La Confrérie, enquête sur les Frères musulmans” : éclairage sur un réseau mondial méconnu

http://television.telerama.fr/television/la-confrerie-enquete-sur-les-freres-musulmans-eclairage-sur-un-reseau-mondial-meconnu,97323.php

-article dans Le Monde

http://www.lemonde.fr/livres/article/2012/02/28/une-histoire-du-terrorisme-de-michael-prazan_1649363_3260.html

-article sur www.causeur.fr

« Vrais faux démocrates, Michaël Prazan dévoile les Frères Musulmans »

http://www.causeur.fr/michael-prazan-confrerie-freres-musulmans,22590

– plateforme web de France 3

http://programmes.france3.fr/documentaires/index.php?page=doc&programme=histoire-immediate&id_article=3790

– Planet.fr

http://video.planet.fr/a-la-une-michael-prazan-realisateur-de-confrerie-enquete-sur-les-freres-musulmans.389196.12214.html

 

OPERATION TORCH

Le 8 novembre 1942, les troupes américaines et anglaises, en provenance de Gibraltar, débarquent sur les côtes d’Afrique du Nord (Maroc et Algérie). La « prise d’Alger » finit par réussir grâce à un petit groupe de résistants francs-tireurs.

L’Opération Torch est, comme va l’être la bataille de Stalingrad, un tournant majeur de la seconde guerre mondiale

Le film retracera l’imbroglio politique d’Alger auquel sont confronté les alliés, alors que la guerre continue en Lybie et Tunisie : trois mois de pouvoir vichyste stoppé par l’assassinat de Darlan le 14 décembre, le bref passage du général Giraud, son éviction par de Gaulle et la création du gouvernement provisoire de la République française dont Alger sera la capitale jusqu’en aout 1944.

operation_torch2

/ générique

Réalisé par Christophe Muel

Ecrit par Christophe Muel

Documentaliste Mathilde Guinard

Avec la participation de France Télévisions

 

/ presse

-France 5 Le Mag

http://www.france5.fr/et-vous/France-5-et-vous/Les-programmes/LE-MAG-N-48-2012/articles/p-17106-Operation-Torch-1942-les-Allies-debarquent.htm

 

HITLER MON VOISIN

Edgar Feuchtwanger a vécu dix ans en face de chez Hitler, de 6 à 16 ans, de 1929 à 1939. Il habitait dans un immeuble bourgeois de Munich. Hitler vivait de l’autre côté de l’avenue. Depuis la chambre d’Edgar, on voyait les fenêtres du Führer, au deuxième étage. Pendant dix ans, Edgar a assisté à la montée du nazisme. Ce n’est pas tout. Edgar était juif. Edgar n’a quitté l’Allemagne qu’en 1939, deux mois avant l’invasion de la Pologne et la déclaration de guerre de la France et de la Grande-Bretagne. Juste à temps.

À 87 ans, pour la première fois, il revient sur les traces de son enfance à Munich, et nous raconte à travers son regard d’enfant, cahiers d’écolier à l’appui, la montée du nazisme dans la ville la plus hitlérienne d’Allemagne, et l’impuissance avec laquelle la bourgeoisie intellectuelle juive munichoise a assisté au resserrement de l’étau. Il s’agit d’une approche historique nouvelle de cette période d’avant-guerre, à travers une sorte de chronique sociale d’une « bourgade de province »…

 

 

hitler_monvoisin2

 

 

 

 

 

 

/ générique

Réalisé par Bertil Scali et François Bordes

Ecrit par Bertil Scali

Documentaliste Deborah Ford / CQFDoc

Avec la participation de Planete +

 

/ presse

-article dans L’Express

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/histoire/mon-voisin-hitler_1205623.html

-article sur le blog « Superhero.fr, Nouvelles et histoires contemporaines »

http://blog.superhero.fr/post/DOC%3A-Hitler-Mon-Voisin

-article dans TéléObs

http://teleobs.nouvelobs.com/la-selection-teleobs/20130327.OBS4769/hitler-mon-voisin-apres-le-livre-le-documentaire.html

-article sur le site www.redlist-ultimate.be

http://www.redlist-ultimate.be/documentaires/6902/

-article dans le TV mag du Figaro

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/documentaire/73637/sous-les-fenetres-d-hitler.html

-lien vers le site de Bertil Scali

https://www.bertilscali.com/?page_id=290

-France Inter, podcast de l’ émission Downtown  (sur le livre Hitler, mon voisin)

http://www.franceinter.fr/emission-downtown-edgar-feuchtwanger-pour-hitler-mon-voisin

MEMOIRES TSIGANES, L’AUTRE GENOCIDE

« Mémoires tsiganes, l’autre génocide » est le premier film documentaire à raconter l’histoire oubliée de la persécution des Tsiganes par les nazis et leurs alliés, d’un bout à l’autre de l’Europe. A partir de la parole des derniers survivants, relayée par des films d’archives inédits pour la plupart, le film identifie les architectes du génocide, parcourt les territoires de l’extermination et décrypte le long processus d’anéantissement de l’une des plus vieilles nations d’Europe, et ses répercutions aujourd’hui.

 

memoires_tsiganes2

/ générique

Réalisé par Idit Bloch et Juliette Jourdan

Ecrit par Henriette Asseo, Idit Bloch et Juliette Jourdan

Documentaliste Déborah Ford 

Une coproduction Kuiv – Mémoire Magnétique

Avec la participation de France TélévisionsPlaneteRTSERT SA, et TV3 Catalunya

/ presse

-Podcast de l’émission Mémoires vives consacrée au film « Mémoires tsiganes, l’autre génocide », avec Henriette Asseo

http://memoiresvives.net/2011/09/25/memoires-tsiganes/

-Article dans Télérama.fr

http://television.telerama.fr/tele/programmes-tv/memoires-tsiganes-l-autre-genocide,27523720.php

-Synopsis sur le site du ministère de la Défense

http://www.defense.gouv.fr/actualites/memoire-et-culture/le-2-octobre-sur-france-5-diffusion-du-documentaire-memoires-tsiganes-l-autre-genocide

et sur www.depechestsiganes.fr

http://www.depechestsiganes.fr/wp-content/uploads/2012/09/MEMOIRES-TSIGANES.pdf

-Article sur le cycle de documentaires sur les tsiganes dont fait partie Mémoires tsiganes, l’autre génocide

http://www.reforme.net/une/culture/cycle-documentaires-tsiganes-1939-1946

 

LE PROCES D’ADOLF EICHMANN

Le procès Eichmann marque un véritable tournant dans l’émergence de la mémoire du génocide des Juifs, en Israël, en Allemagne et aux États-Unis. C’est le premier grand récit à portée transnationale qui construit le génocide des Juifs en évènement distinct dans la Seconde Guerre mondiale. Il a é té voulu comme tel par ceux qui l’organisèrent à Jérusalem. Le Premier ministre israélien Ben Gourion évoqua à son propos un « Nuremberg du peuple juif ». Il marque aussi l’avènement du témoin. L’histoire est désormais racontée par ceux qui en furent les victimes. La perception du « moment procès » comme tournant fait partie aujourd’hui du savoir commun sur la construction de la mémoire du génocide.

 

le_proces_dadolf_heichman

 

 

/ générique

Réalisé par Michaël Prazan

Ecrit par Michaël Prazan et Annette Wieviorka

Documentaliste Kristine Sniedze

Avec la participation de France TélévisionsPlanète et Planète Justice

 

 

/ presse

-Interview de Michaël Prazan

http://kefisrael.com/2012/01/27/la-shoah-et-loeil-de-la-camera-michael-prazan/

-Articles dans le Huffington Post

http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/04/17/2469327_le-proces-d-adolf-eichmann-realise-par-m-prazan-jeudi-21-avril-sur-france-2-22h51.html

-Présentation du film

http://memoire2000.files.wordpress.com/2013/01/procc3a8s-eichmann.pdf

 

LES EGARES

Rescapés de 30 ans de guerres au Cambodge, ils ont été rapatriés en 1992 parmi les 380 000 réfugiés des camps de la frontière thaïlandaise, et réinstallés dans un village construit pour eux par les Nations Unies.

Comment rebâtir une société unie après un tel éclatement ? « Ceux qui sont restés » ont vu arriver avec méfiance ce déferlement de familles devenues étrangères en 13 ans d’exil, menaçant leurs terres et leur équilibre. Les villageois ont donné aux anciens réfugiés un sobriquet que ces derniers portent encore aujourd’hui : les « égarés ». Dans un monde qui compte aujourd’hui 26 millions de déplacés, les Egarés tentent à leur manière – lentement mais avec opiniâtreté – de survivre et de se réinsérer, tout en se battant pour l’avenir de leurs enfants.

Ce film est un hommage à leur détermination. « Nous ne sommes pas morts. Nous vivons dans quelques rangées de maisons à l’écart du village, un endroit que tous appellent « le camp ». Nous sommes les Egarés, les gens qui ont perdu leur chemin. »

egares-2

 

 

 

  / générique

Ecrit et réalisé par Christine Bouteiller

Produit par Michel Rotman

Une coproduction Kuiv – Bophana Productions.

Avec la participation du CNC,
de la région Haute Normandie, et de Media.

© Kuiv Productions 2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

UN MUR A BERLIN

La chute du Mur de Berlin le 9 novembre 1989 marque la fin du XXe siècle. Pendant trois décennies, le Mur a été l’emblème douloureux d’une ville mutilée, d’un pays déchiré, d’une Europe fracturée, d’un monde divisé.

Un mur à Berlin, avec des images d’archives exceptionnelles et en couleur, avec des témoignages d’une bouleversante humanité, mêle, de la chute du nazisme à la chute du communisme, les histoires individuelles à la grande Histoire.

 

murberlin-2

 

 

 

/ générique 

Un film écrit par Patrick Rotman, Georges Marion et Claudia Zippan

Réalisé par Patrick Rotman

Produit par Michel Rotman

Avec la participation de France Télévision, Planète, RTBF, SRC Radio Canada, TSR, et TV5 monde et le soutien duCNC, de la Procirep-Angoa, et du programme Media

© Kuiv Productions 2009

 

/ presse

:: Admirablement monté, vivant, passionant, ce Mur profite de ses solides fondations pour privilégiés les ouvertures. Il prouve que l’on peut réaliser un documentaire historique pour le grand public sans sacrifier l’exigence à la pédagogie. Télérama 2009

:: Grâce à un film de Patrick Rotman (France 2), à qui nous devons déjà bien des éclairages sur les aspects les plus sombres de l’histoire contemporaine, nous revivons le mur de Berlin des prémices de sa construction à sa joyeuse démolition. Le canard enchaîné 2009

EINSATZGRUPPEN, LES COMMANDOS DE LA MORT

1. Les fosses (1941-1942)
Juin 1941. L’Allemagne Nazie envahit l’URSS. Dans le sillage des armées allemandes qui progressent sans encombres jusqu’aux portes de la Russie, les commandos mobiles de tueries, les Einsatzgruppen, se partagent le territoire pour liquider les Juifs et les opposants politiques. En juillet, après les pogroms initiés par les nationalistes locaux, qui font plusieurs milliers de victimes, la décision du génocide est prise par Hitler. Les EZG organisent l’assassinat de masse des populations juives dans les territoires conquis, en ciblant désormais les femmes et les enfants. Les massacres se succèdent à un rythme effréné. Dans leur tâche, les EZG son assistés de supplétifs Baltes, ukrainiens, Belarusses, ou de prisonniers soviétiques qui, pour échapper à la mort, intègrent les unités de tueries. Après le « nettoyage » de la Biélorussie, de l’Ukraine du sud, et le terrible massacre de Kiev, ou 33 771 juifs sont assassinés en 2 jours dans le ravin de la grand-mère, le Babi Yar, Karl Jager, un officier nazi du EZG A, informe Berlin, au mois de décembre 1941, que les pays Baltes sont désormais « Judenfreï » ; libres de juifs.

 

2. Les bûchers (1942-1945)
L’année 1942 sera la plus meurtrière pour les Juifs de l’est. Méthodiquement, les communautés juives disparaissent les unes après les autres dans les territoires conquis. Alors que la destruction par gaz des Juifs d’Europe de l’ouest dans des camps de la mort est entérinée à Wansee le 20 juillet 42, la contre-attaque soviétique gagne du terrain après la bataille de Stalingrad. L’Allemagne nazie qui comprend qu’elle peut perdre la guerre, charge les Einsatzgruppen de superviser l’effacement des traces du génocide à l’est. C’est le début de l’opération 1005. Sur les sites des exécutions de masse, des esclaves juifs déterrent et brûlent les corps des victimes avant d’être eux-mêmes liquidés. Leur révolte a lieu partout jusqu’à la bataille de Berlin, qui sonne le glas du nazisme. Vient l’heure des comptes. Les procès soviétiques s’enchaînent à l’est pendant qu’à Nuremberg, on juge en 1947 quelques dirigeants des commandos de la mort nazis. Dans le contexte nouveau de la guerre froide, pour épargner à l’opinion allemande le sentiment d’iniquité, les condamnations à mort sont commuées en peines plus légères. Sur les 24 chefs des EZG jugés à Nuremberg, seuls 4 sont exécutés. La plupart des responsables de l’assassinat de près d’un million et demi de juifs retrouveront leur liberté dans les années 50.

 

 

/ générique 

Un film écrit et réalisé par Michaël Prazan

Produit par Michel Rotman

Documentation Kristine Sniedze

Avec la participation de France Télévision, Planète, RTBF, SRC Radio Canada, TSR, et TV5 monde et le soutien duCNC, de la Procirep-Angoa, et du programme Media

Avec le soutien de la région Ile de France et de la Fondation pour la mémoire de la shoah.

© Kuiv Productions 2009

 

/ presse

:: Jonathan Littell vient de trouver son alter ego dans le domaine du cinéma : il s’appelle Michaël Prazan, et vient de faire le plus grand documentaire qu’il y ait jamais eu sur l’extermination des juifs pendant la deuxième guerre mondiale, par les allemands, sur le front de l’Est. Transfuge, Mars 2009.

:: Un traitement audiovisuel qui concilie avec un rare bonheur souci analytique et exigences cinématographiques, à la manière de ces chefs d’œuvres dressés contre l’oubli que sont Shoah de Claude Lanzmann, ou S21, la machine de mort Khmère rouge, de Rithy Panh. Télérama , Avril 2009.

Einsatzgruppen2

Copyright © KUIV Productions